• Sommaire

    • [+]Préliminaires (3)
    • [+]Introduction (4)
    • [+]Amérique latine (13)
    • [+]Afrique subsaharienne (9)
    • [+]Monde arabe (11)
    • [+]Russie (11)
    • [—]Inde (11)
    • [+]Chine (9)
    • [+]Conclusions (6)
    • [+]Annexes (1)

Inde

Les téléphones portables

Malgré tous les efforts des instances privées et publiques dont nous venons de parler, ni la connexion fixe à Internet, ni les e-readers ni les tablettes, ne sont à ce jour un service ou des biens de consommation massive en Inde. En revanche, à l’instar de la situation que nous avons décrite en Afrique subsaharienne, les téléphones portables sont, eux, présents à une grande échelle. En Inde, il y avait fin 2010 quelque 752 millions d’utilisateurs de cellulaires, 22,62 millions de nouveaux abonnés étant venus s’y ajouter au cours du seul mois de décembre, ce qui donne une idée du rythme auquel grandit ce marché [1].

L’une des clés de cette croissance exponentielle réside dans la capacité que montrent les compagnies – aussi bien locales qu’internationales – pour adapter leurs modèles à la réalité sur le terrain. En août 2010, par exemple, l’entreprise indienne Wynncom – basée à Gurgaon – a annoncé le lancement du Y45, le premier téléphone portable doté d’un clavier analogique en hindi [2]. L’appareil dispose en outre d’une application qui permet d’envoyer des messages gratuits partout en Inde, ainsi qu’aux Émirats arabes unis, au Koweït, en Arabie Saoudite, à Singapour, en Malaisie et aux Philippines.

L’avancée vertigineuse de la téléphonie mobile a également conduit de nombreux portails web à adapter leur interface aux téléphones portables et à proposer des contenus en langues régionales. On peut déjà accéder au site OneIndia, par exemple, à partir de téléphones portables et y lire en anglais, hindi, kannada, malayalam, tamoul et télougou. B.G. Mahesh, le directeur de OneIndia, remarque :

Seuls 12 % des Indiens sont à l’aise quand ils lisent en anglais ; les autres – c’est-à-dire la grande majorité – veulent des contenus dans leur propre langue [3].

Les opérateurs de téléphonie mobile eux-mêmes font aujourd’hui partie des acteurs les plus dynamiques en ce qui concerne la distribution de contenus écrits. Vodafone, par exemple, commercialise toute une série de Momics (mobile comics), intégrés à la section « Films et Télévision » de son site web. La plupart de ces bandes dessinées ont pour thème la mythologie indienne et peuvent être téléchargées sur simple SMS.

Parallèlement sont apparues de véritables usines à produire des contenus spécialement conçus pour les dispositifs mobiles. C’est le cas de Mogaé Digital. L’exemple le plus notable est cependant celui de MobileVeda, une start-up dont le siège se trouve à Vellore, et qui a mis en œuvre depuis 2006 différents projets d’édition pour téléphones. L’une de ces initiatives est Fublish, une plate-forme de téléchargement gratuit de livres en langue tamoul, aux formats écrit et audio [4]. Seed, un autre des projets de MobileVeda, est une bibliothèque de 1 000 titres en tamoul et en anglais, compressés dans une puce qui se vend à 11 dollars. Ganesh Ram, qui est à la tête de cette entreprise, affirme que cette idée permettra de révéler les capacités cachées des téléphones portables et d’obtenir un changement positif parmi les utilisateurs, sans pour autant tomber dans l’option typique qui consiste à leur proposer un simple divertissement. En ligne générale, l’objectif de MobileVeda est

… d’innover de façon permanente et de développer des solutions pour notre marché local qui dépassent ou du moins égalent les dernières tendances internationales, et ce d’une manière qui s’avère profitable [5].

Il y a même des maisons d’édition traditionnelles qui ont mené des incursions dans le domaine du téléphone portable. HarperCollins India, en association avec l’opérateur Reliance Communications, a ainsi annoncé en juillet 2009 le lancement du roman Deaf Heaven, de la célèbre écrivaine locale Pinki Virani, par le biais de textos et de fichiers audio [6]. De la même manière, les éditions Penguin – dont la présence en Inde est considérable – ont distribué des livres par le biais d’un réseau de téléphonie mobile, grâce à une alliance avec l’opérateur.


Notes    
  1. Cf. Telecom Regulatory Authority of India : Telecom Subscription Data as on 31st December 2010, 9 février 2011.
  2. Cf. Achalla, Venu : “Wyncomm Gives India Its First Hindi Qwerty Mobile Phone”, WAT Blog, 28 août 2010.
  3. Cf. Waghre, Prateek : “OneIndia.in Goes Mobile In 5 Indian Languages With NewsHunt”, WAT Blog, 10 novembre 2010. L’accès à Internet à partir de téléphones portables s’effectue habituellement en utilisant des smartphones, mais un tout nouveau développement de HP en Inde pourra permettre à des appareils plus basiques d’avoir eux aussi accès au web, par le biais de SMS. Cf. “HP Labs India”, Hewlett Packard Development Company.
  4. Le site propose une émulation de l’écran du portable. Ce lien montre comment se verrait un texte en tamoul : MicroEmulator.
  5. Cf. “PUBLISH is passé; get ready to FUBLISH”, openPR, 26 novembre 2007.
  6. Cf. Adil, Sahar : “Pinki Virani’s ‘Deaf Heaven’ in Audio-Mobile Book”, My Bangalore, 13 juillet 2009.

1 Commentaire

  1. thierry quinqueton

     /  27/08/2011

    750 millions d’utilisateurs de mobiles fin 2010… certainement plus de 800 millions maintenant…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>