enesfr

Un projet de l'Alliance internationale des éditeurs indépendants

Home
Author Archive: Matthieu Joulin

Le format epub existe sous deux versions :

  • l’epub2 qui permet d’ajouter des images et du son au livre de texte « homothétique », mais de manière sommaire ;
  • l’epub3 qui permet d’ajouter de l’interactivité, de la vidéo, des jeux, des animations, etc.

Toutes les tablettes et liseuses ne sont pas capables de lire ces différents enrichissements. Presque toutes peuvent afficher des images (pas nécessairement en couleur), mais très peu lisent les fichiers son.

Actuellement, seuls les produits Apple (iPad, iPhone) sont capables de lire l’intégralité des enrichissements contenus dans les epub 2 et 3. Cependant, l’epub3 va s’imposer dans les années à venir et toutes les tablettes seront bientôt compatibles avec ce format. Les liseuses, en raison de leur technologie, ne seront pas, avant longtemps, compatibles avec toutes les spécificités de l’epub3.

Les applications sont des programmes développés spécifiquement pour une plateforme (Androïd, Apple). Elles ne sont pas présentes dans les librairies numériques et ne peuvent pas être gérées par les distributeurs numériques. Même si la liberté de création devient totale (au-delà des normes de l’epub), leur commercialisation obéit à des règles très différentes de celles du livre numérique.

Ces fiches pratiques ont été élaborées à partir de la section « Foire aux questions » du Portail numérique des libraires francophones de Belgique (LIBREL). Le Labo remercie l’équipe de LIBREL, pour leur autorisation d’adapter et de republier ces conseils pratiques de grande utilité pour tous les acteurs du monde de l’édition.

Les termes de distributeur, diffuseur et diffuseur-distributeur ne doivent pas être confondus :

  • Une fois le livre numérique fabriqué, il faut l’entreposer dans un entrepôt qui joue le rôle d’agrégateur. Ce rôle est assuré par le distributeur qui sera à la base de la gestion des flux quotidiens et se chargera de remonter les informations mises à jour vers les sites de vente de fichiers numériques. Le distributeur de livres numérique assure exclusivement les fonctions qui sont liées à la distribution de livres (stockage, préparation des commandes, expéditions, flux financiers) ;
  • le diffuseur de livres numérique assure exclusivement les tâches qui sont liées à la diffusion de livres (présentation des nouveautés aux détaillants, enregistrement des commandes, promotion). Il signe des accords avec les revendeurs et permet donc à l’éditeur d’accéder à différentes plateformes de vente de livres numériques avec lesquels le diffuseur possède un contrat ;
  • le diffuseur-distributeur numérique de livres assure à la fois les fonctions qui sont liées à la diffusion et à la distribution de livres.

Ces fiches pratiques ont été élaborées à partir de la section « Foire aux questions » du Portail numérique des libraires francophones de Belgique (LIBREL). Le Labo remercie l’équipe de LIBREL, pour leur autorisation d’adapter et de republier ces conseils pratiques de grande utilité pour tous les acteurs du monde de l’édition.

Il existe deux types principaux de métadonnées pour le livre numérique :

1) Les métadonnées descriptives, qui fournissent des informations à propos du livre et de son contenu telles que le titre de l’ouvrage, l’ISBN, le nom de l’auteur, le nom de l’éditeur, la langue utilisée, un extrait du livre, les mentions de licence, etc.
2) les métadonnées de gestion, qui fournissent des informations sur la manière de gérer l’affichage et la lecture d’un livre numérique sur une plateforme de distribution/diffusion, par exemple.

Les métadonnées descriptives sont utilisées par tous les supports de lecture (logiciels ou matériels), ainsi que par les plateformes de distribution/diffusion. Elles sont intégrées au format EPUB et reprises par les plateformes de distribution/diffusion à l’intention de leurs clients (librairies, lecteurs). Elles sont donc essentielles à la fois pour l’éditeur, le distributeur/diffuseur et le lecteur.

Côté éditeur : elles assurent un bon référencement du livre numérique.
Côté e-distributeur/e-diffuseur : elles permettent l’échange de données entre plateformes.
Côté lecteur : elles permettent notamment une recherche plus performante.

Le Dublin Core utilisé pour le format EPUB permet d’inclure 15 métadonnées de description. Certaines sont obligatoires et d’autres facultatives, mais la recommandation est de les utiliser toutes :

• Titre de l’ouvrage
• Nom de l’auteur ou des auteurs
• ISBN
• Langue(s) utilisée(s)
• Nom de l’éditeur
• Date de publication
• Date de modification
• Description, telle que la quatrième de couverture
• Droits
• Sujet(s) du livre – mots clés
• Format du livre, ici EPUB
• Type de document (on notera « text » pour les livres)
• Couverture géographique et/ou temporelle
• Source éventuelle (ressource dont dérive éventuellement le livre)
• Relation avec un autre document (par exemple le titre du livre original dans le cas d’une traduction)

La norme Dublin Core propose essentiellement des métadonnées descriptives et en nombre très limité. Pour garantir la richesse des métadonnées et leur interopérabilité, la norme Onix s’impose de plus en plus. Capable de gérer à la fois des métadonnées descriptives, temporelles, de gestion, et les produits ou services associés, elle est recommandée à la fois pour les supports physiques et les supports numériques.

Ces fiches pratiques ont été élaborées à partir de la section « Foire aux questions » du Portail numérique des libraires francophones de Belgique (LIBREL). Le Labo remercie l’équipe de LIBREL, pour leur autorisation d’adapter et de republier ces conseils pratiques de grande utilité pour tous les acteurs du monde de l’édition.

Plus communément appelé « plateforme de distribution numérique », un entrepôt numérique assure le stockage des fichiers digitaux. Étant donné qu’en règle générale les librairies en ligne et les éditeurs ne stockent pas directement les fichiers sur leur propre site, un entrepôt joue donc un rôle centralisateur entre les éditeurs et les multiples canaux de ventes et a pour objectif de faciliter la médiation entre ces acteurs.

Les éditeurs confient à l’entrepôt numérique leurs fichiers et les métadonnées relatives à ceux-ci grâce à leur compte personnel. Ils n’ont donc pas besoin d’envoyer eux-mêmes les fichiers à l’arrivée d’un nouveau libraire numérique : celui-ci pourra être directement connecté à la plateforme de distribution qui lui fournira toutes les données dont il a besoin. Bien entendu, les modalités de diffusion et les accords relèvent des prérogatives de l’éditeur (contrat entre éditeur et distributeur).

Ces fiches pratiques ont été élaborées à partir de la section « Foire aux questions » du Portail numérique des libraires francophones de Belgique (LIBREL). Le Labo remercie l’équipe de LIBREL, pour leur autorisation d’adapter et de republier ces conseils pratiques de grande utilité pour tous les acteurs du monde de l’édition.

Cela ne fait aucun doute : l’internet mobile peut contribuer à réduire la fracture numérique. Les progrès accomplis dans ce domaine permettent ainsi à de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine d’accéder


1 2 3
Copyright 2012 Alliance-Lab / Alliance Internationale des Éditeurs Indépendants
38, rue Saint Sabin - 75011 Paris - France